Ceci n’est pas une BD

Bonjour à tous,

Pour une fois, il ne s’agira pas de parler de Marseille, mais de mon week-end. En effet, j’ai participé un événement qui s’appelle « Les 23 heures de la BD ».

Le changement d’heure

En France, et dans un certain nombre de pays, il y a une heure d’été et une heure d’hiver, décalées d’une heure, dans le but de réduire la consommation d’énergie.

Ainsi, deux week-end par an donnent lieu à un changement d’heure, dans la nuit du samedi au dimanche. A chaque fois, la question se pose « alors ce week-end, on ‘avance’ d’une heure ou on ‘recule’ d’une heure ? » et à chaque fois on se pose la question « mais comment ça se change l’heure sur le four ? Et sur l’autoradio ? Ah bah tant pis, ça sera à l’heure dans 6 mois »

23 heures de la BD

Donc ce week-end, on a « avancé » d’une heure, à 2h dimanche matin, il était 3h… Et entre samedi 13h et dimanche 13h, il ne s’est écoulé que 23 heures ! Et que faire d’une journée de 23 heures ? UNE BD

Et c’est ainsi que je me suis retrouvé à participer aux « 23 heures de la BD » autour du thème « les naufragés » et avec pour contrainte de faire un caméo de David Hasselhoff portant un t-shirt « I <3 piak », et que j’ai réalisé « Souvenirs ». C’est une BD qui parle de mémoire, et de regrets et qui démarre sur un chalutier…. Avec un petit peu d’animation dessus.

Il y a malheureusement des dessins que j’ai dû bâcler (23 heures, c’est peu), mais bon, pas de regret… C’était vraiment super

Je vous laisse la découvrir en cliquant sur l’image

souvenirs

N’hésitez pas à regarder, et à me donner votre avis !

 

Ceci n’est pas un stade

ceci n'est pas un stade

 

Stade Vélodrome

J’avais déjà parlé du Vélodrome pour le comparer au stade Maracaña au Brésil. Mais il vaut aussi le détour de nuit, et l’actualité méritait bien une deuxième comparaison avec le stade qui accueillera ce dimanche la finale de la Coupe d’Afrique des Nations (la CAN)

 

Stade Nkoantoma

Situé dans la ville portuaire de Bata, en Guinée Equatoriale, le stade Nkoantoma a été construit en 2007. De 22000, il passe à 35000 pour accueillir la demi-finale de la CAN2013 . Cette année, il sera l’enceinte de la finale de la Coupe d’Afrique des Nations qui opposera les Elephants et les Black Stars. Ce n’est pas sa première expérience puisqu’il a déjà  le Championnat d’Afrique de football féminin en 2008 et 2012. 

Espérons tout de même que les esprits échaudés de la demi-finale se seront apaisé d’ici dimanche, car le match qui opposait le pays organisateur et le Ghana dû être interrompu.  On souhaite malgré tout bonne chance à la Guinée Équatoriale qui jouera la petite finale contre le Congo à Malaba samedi à 16h*

*les heures sont données en temps universel. Soit 20h et 17h en France.

Ceci n’est pas Le Vélo

Ceci n'est pas le Vélo

Le Vélo

Le Vélo est le nom du service de partage de vélo de la ville de Marseille. Géré par JCDécaux (le contrat court jusqu’en 2022), le parc est composé de 1000 vélos répartis sur 130 stations. Pour y accéder, il faut un abonnement d’une semaine ou d’un an. L’abonnement hebdomadaire est disponible directement à la borne. Les abonnements sont très peu coûteux, puis l’utilisation d’un vélo pour une demi-heure est gratuite. Le temps supplémentaire seul est facturé.

Le service a été ouvert en 2007, et le nombre d’abonnés a culminé en 2008 à 8825 abonnements. Ce chiffre assez faible s’explique par un manque de pistes cyclables à Marseille et leur mauvaise répartition.

Le premier système de partage de Vélo dans une grande ville de France est le Velo’v, également géré par JCDécaux, qui a ouvert en 2005 à Lyon,. Le plus connu et le plus populaire est le Velib qui  sévit fort à Paris avec plus de 274 000 abonnés. On peut également saluer la communication de Vélib, avec un compte Twitter très sympa et réactif, un site et des visuels vraiment très chouettes (même si les applications de localisations des places/vélos dans les stations ne sont parfois pas au top).

 

Le Bixi

Le Bixi, mot-valise pour Bicyclette Taxi choisi par concours, est le nom du service de partage de vélo des villes de Montréal, Toronto et Ottawa. A Montréal, 5120 vélos sont disponibles dans 461 stations. Après l’expansion fulgurante des services de partage de vélo en Europe, Montréal voit l’arrivé du Bixi en 2009. Le système est géré par la la Société de vélo en libre-service (SVLS). Des polémiques ont eu lieu en raison du déficit financier du service, et la ville a dû consentir à donner un coup de pouce pour que le service perdure. Mais le service perdurera finalement en 2015, avec près de 50 000 abonnés.

Notons les innovations techniques du service : avec des stations mobiles, sans fil et fonctionnant à l’énergie solaire, leur répartition est extrêmement modulable. Un bouton permet de signaler les vélos endommagés afin d’aider à la gestion des réparations. Les vélos, au design imaginé par Michel Dallaire, sont majoritairement à 3 vitesses, mais un nouveau modèle à 7 vitesses a été lancé dès 2009.

Comme en France, différents abonnements sont disponibles, et la ville fournit une carte des pistes cyclables.

 

Et vous, comment vous déplacez-vous à vélo dans votre ville ?

 

Timbuktu_0_0

Ceci n’est pas Timbuktu

Timbuktu_0_0Timbuktu

Une fois n’est pas coutume, je déroge au but principal de mon blog pour parler d’un film, Timbuktu d’Abderrahmane Sissako. Et vu que c’est un film dont RFI a beaucoup parlé, je ne crois pas que Mondoblog m’en tiendra rigueur. Quant à Marseille, je suis persuadé que la ville ne me reprochera pas une courte escapade loin du vieux port.

Je ne vous parlerai pas de l’histoire, ni de l’Histoire. Je ne vous parlerai pas de mon ventre qui s’est parfois noué, de mes yeux qui se sont cachés derrière mes mains, de mes éclats de rire par moments. Je ne vous parlerai que de la beauté du film. Je crois que je n’avais jamais vu de film aussi beau. Chaque plan est exceptionnel, travaillé comme une photographie, comme s’il suffisait de l’image, et de quelques mots pour tout comprendre. L’image était à ce point travaillée que n’importe quelle photo de la pellicule pourrait être reprise et directement exposée.

L’image

Je vous encourage très vivement à aller le voir et pour vous donner peut-être envie, et pour exprimer quelque chose de graphique que j’ai ressenti, je vous montre l’illustration que j’ai dessinée dans la foulée. Une image pour le coup difficile, douloureuse et pourtant belle (mais il faut voir cette scène pour la comprendre vraiment), mais il y a d’autres images superbes, douces, joyeuses.

ceci n'est pas timbuktu

 

Je vous invite à écouter la chanson « Tombouctou Faso » par Fatoumata Diawara

 

[Edit du 19/12/2014]

Polémique

Cependant, le film ne fait pas l’unanimité, et pas plus loin que dans la communauté Mondoblog.

La blogueuse Faty (Fatoumata Harber) Tombouctienne, ne se reconnaît pas dans les extraits de l’œuvre de Sissako qu’elle a pu visionner. Je vous invite à découvrir son article sur le sujet « le Timbuktu de Sissako n’est pas le Tombouctou que j’ai vécu »

Elle développe également son propos dans une interview sur le blog « Reines d’Afrique ». Elle y donne tout de même un bon point au film pour la représentation des femmes de Tombouctou.

Ceci n’est pas le Palais Longchamp

Ceci n'est pas le Palais Longchamp

Palais Longchamp

Le palais est inauguré au XIXe siècle pour fêter l’arriver de l’eau de la Durance à Marseille.  Le monument est inauguré en 1869 et comprend un château d’eau entouré de cascades, d’un muséum d’histoire naturelle, d’un musée des beaux arts le tout relié par des colonnades. Un jardin zoologique est installé à l’arrière du bâtiment (mais il ferme dans les années 1980). En souvenir, des animaux colorés sont installés en 2013 dans les jardins du palais.

L’arc de triomphe du Palais Longchamp surplombe une fontaine où une figure féminine, allégorie de la Durance est tractée par 4 taureaux de Camargue.

 

Cinquantenaire

Le parc du cinquantenaire à Bruxelles (Belgique) se construit autour d’un Arc de Triomphe, nommé « Arcades du Cinquantenaire », érigé pour fêter le cinquantenaire de la Révolution de 1830 qui mena a la scission du Royaume Uni Pays-Bas et à la création de la Belgique. Les arcades sont entourées par de nombreux musées (Musée de l’armée, Musée de l’aviation, Musée de l’automobile Autoworld, Musées royaux d’art et d’histoire), et son esplanade sert de point de départ à de nombreuses manifestations culturelles et sportives bruxelloises.

On peut également profiter de la visite du Parc pour admirer des sculptures remarquables (dont des allégories des quatre saisons) ainsi que des arbres exceptionnels par leur taille et leur rareté.

Chez moi c’est Marseilleveyre

Chez moi c'est Marseilleveyre

Le massif de Marseilleveyre

Il s’agit d’un massif situé à l’Est de Marseille et qui culmine à 432 m. Il constitue avec le massif de Puget un ensemble surnommé le massif des calanques et offre des vues imprenables sur la ville de Marseille d’un côté, et sur les calanques. Apprécié pour ses randonnées pédestres, son climat aride et ses falaises calcaires favorisent une flore particulière, adaptée à la sécheresse et résistante aux violents orages. Au niveau faune, pas mal d’oiseaux marins et des insectes adaptés dont des papillons (de lumière).

Il paraît que dans certaines conditions, on peut voir le Canigou (massif des Pyrénées donc pas la porte à côté) franchement loin de Marseille directement du sommet de Marseilleveyre… Mais certains disent que c’est une histoire de marseillais qui exagère.

 

Table Mountain

La montagne de la Table est un massif qui surplombe la ville du Cap en Afrique du Sud. Avec 1066 m de haut, c’est pas sur l’altitude que Marseilleveyre lance la compétition. Son nom vient évidemment de sa forme (l’image est assez parlante), et quand les nuages s’y accrochent, on dit que la nappe est mise. Mignon ! Le climat y est de type méditerranéen mais la flore et la faune y est un peu plus exotique que dans les calanques pour le marseillais que je suis. Si le dernier lion y fut abattu en 1802, le dernier léopard vu en 1920, on y trouve toujours des rooikat. Des Jharals de l’Himalaya échappé du zoo du Cap s’y sont développés avant d’être abattus pour réintroduire des Oréotragues, une petite antilope locale.

Ceci n’est pas le stade Vélodrome

Ceci n'est pas le stade Vélodrome

Le Stade Vélodrome

En ce jour d’inauguration du « Nouveau Stade Vélodrome« , quoi de plus naturel que de vous parler un peu du Stade Mythique de l’Olympique de Marseille ? Le stade a été construit en 1937 afin d’accueillir des matchs lors de la Coupe du Monde de 1938. Il est situé dans le 8e arrondissement et accueille depuis le départ les matchs de l’OM. De 35 000 places à son origine, il connaît plusieurs adaptations, le menant à 60 000 places pour la Coupe du Monde en 1998, pour arriver aujourd’hui à une capacité de 67 394 spectateurs.  Au-delà de la capacité du stade, les travaux lui permettent d’être classé catégorie 4 pour l’UEFA (connue sous le nom « Elite » jusqu’en 2010) et permet  à l’enceinte de perdre son surnom « l’Enrhumeur » donné par Rolland Courbis liée à son ancienne architecture évasée, sans toiture ni résonance acoustique. 

Si son nom confirme qu’à l’origine, le Stade omnisports accueillait des compétitions de cyclisme, ses pistes ont été supprimées en dans les années 1980 pour en augmenter la capacité. Cependant, des discussions durent depuis plusieurs années pour « vendre » le nom du stade à une marque pour rentabiliser les investissements. Vous vous en doutez mais ça ne plait pas à tout le monde cette idée. Espérons que personne ne touchera aux noms du Virage Sud, du Virage Dépé ou à la tribune Jean Bouin.

 

Le Maracaña

Le Maracaña, ou officiellement le Estádio Jornalista Mário Filho est situé à Rio de Janeiro. Avec presque 200 000 m² de superficie, officiellement 76 804 places (mais plus de 200 000 lors de la coupe du monde de 1950), il s’agit d’un des plus grands stades du monde. Si aucun club de football n’est résident du stade, il accueille régulièrement de grandes compétitions qui ont fait son histoire.

Notons que le groupe A-ha est entré dans la légende le 14 juin 1993 en rassemblant 199 000 spectateurs lors de leur concert. De ce côté là, le Vélodrome a été moins heureux avec un accident qui a marqué la ville lors de la préparation d’un concert de Madonna en 2009

Ceci n’est pas la Sainte-Victoire

Ceci n'est pas la Sainte-Victoire

Sainte-Victoire

La montagne Sainte-Victoire (Mount Ventùri en provençal) est un massif calcaire qui culmine au Pic des Mouches à 1011 m. Située à l’est d’Aix-en-Provence, elle doit sa célébrité aux œuvres du peintre Paul Cézanne dont elle est l’objet.
cezanne

La Montagne Sainte-Victoire vue de la carrière Bibemus (1897)

Pour les randonneurs et autres fous de trekking, le GR9 permet de parcourir le massif en longeant ses crêtes. Sur le chemin, vous pourrez croisez la « Croix de Provence ». La croix actuelle date de 1875 mais la première du genre date du XVIe siècle, érigée par un marin rescapé d’un naufrage.

 

Djebel Ayban

Le Djebel Ayban surplombe la ville de Sana’a, au Yémen. Culminant à 3194 m, il fait fasse au Djebel Nogoum,  entourant la ville qui culmine à plus de 2300 m.

Dans le centre ville de Sana’a (classé au patrimoine mondiale de l’UNESCO), au huitième étage du Bourj al Salam, une vue imprenable sur la vieille ville encadrée par les montagnes impressionne les visiteurs.

Et pour rapprocher encore plus Marseille de Sana’a, les deux villes sont habitées depuis plus de 2500 ans (et même 2600 pour Marseille).

Ceci n’est pas le Frioul

Ceci n'est pas le Frioul

Le Frioul

L’archipel du Frioul (en provençal Frieu) est situé environ à 4 km au large de Marseille constitué de quatre îles :

  • Pomègues
  • Ratonneau
  • If
  • l’îlot Tiboulen

Le Frioul est un quartier de Marseille, administrativement rattaché au 7e arrondissement et au 1er secteur, cependant  en 2012 voit le jour la République du Frioul Sa devise est : « Pour l’art et l’insolence, sans insolation ». Mais ce serait plutôt une République du lol.

Lors de la peste de Marseille au XVIIIe siècle, l’île Ratonneau avait servi de lieu de quarantaine.

 

Les îles de Loos

Les îles de Loos sont un groupe d’îles situées au large de Conakry en Guinée.

L’archipel comprend trois îles principales :

  • Tamara (Fotoba)
  • Kassa
  • Roume
  • Corail, Blanche et Cabris sont de plus petites îles au sud

Tombo, où la ville de Conakry prit naissance, fût un temps d’ailleurs considérée comme partie intégrante de l’archipel, puisqu’elle était une île à marée haute.

L’Archipel est remarquable par la disposition circulaire des îles qui, pendant longtemps, a fait croire à une origine volcanique de l’ensemble.

carte loos