Ceci n’est pas Timbuktu

Timbuktu_0_0Timbuktu

Une fois n’est pas coutume, je déroge au but principal de mon blog pour parler d’un film, Timbuktu d’Abderrahmane Sissako. Et vu que c’est un film dont RFI a beaucoup parlé, je ne crois pas que Mondoblog m’en tiendra rigueur. Quant à Marseille, je suis persuadé que la ville ne me reprochera pas une courte escapade loin du vieux port.

Je ne vous parlerai pas de l’histoire, ni de l’Histoire. Je ne vous parlerai pas de mon ventre qui s’est parfois noué, de mes yeux qui se sont cachés derrière mes mains, de mes éclats de rire par moments. Je ne vous parlerai que de la beauté du film. Je crois que je n’avais jamais vu de film aussi beau. Chaque plan est exceptionnel, travaillé comme une photographie, comme s’il suffisait de l’image, et de quelques mots pour tout comprendre. L’image était à ce point travaillée que n’importe quelle photo de la pellicule pourrait être reprise et directement exposée.

L’image

Je vous encourage très vivement à aller le voir et pour vous donner peut-être envie, et pour exprimer quelque chose de graphique que j’ai ressenti, je vous montre l’illustration que j’ai dessinée dans la foulée. Une image pour le coup difficile, douloureuse et pourtant belle (mais il faut voir cette scène pour la comprendre vraiment), mais il y a d’autres images superbes, douces, joyeuses.

ceci n'est pas timbuktu

 

Je vous invite à écouter la chanson « Tombouctou Faso » par Fatoumata Diawara

 

[Edit du 19/12/2014]

Polémique

Cependant, le film ne fait pas l’unanimité, et pas plus loin que dans la communauté Mondoblog.

La blogueuse Faty (Fatoumata Harber) Tombouctienne, ne se reconnaît pas dans les extraits de l’œuvre de Sissako qu’elle a pu visionner. Je vous invite à découvrir son article sur le sujet « le Timbuktu de Sissako n’est pas le Tombouctou que j’ai vécu »

Elle développe également son propos dans une interview sur le blog « Reines d’Afrique ». Elle y donne tout de même un bon point au film pour la représentation des femmes de Tombouctou.

Ceci n’est pas le Palais Longchamp

Ceci n'est pas le Palais Longchamp

Palais Longchamp

Le palais est inauguré au XIXe siècle pour fêter l’arriver de l’eau de la Durance à Marseille.  Le monument est inauguré en 1869 et comprend un château d’eau entouré de cascades, d’un muséum d’histoire naturelle, d’un musée des beaux arts le tout relié par des colonnades. Un jardin zoologique est installé à l’arrière du bâtiment (mais il ferme dans les années 1980). En souvenir, des animaux colorés sont installés en 2013 dans les jardins du palais.

L’arc de triomphe du Palais Longchamp surplombe une fontaine où une figure féminine, allégorie de la Durance est tractée par 4 taureaux de Camargue.

 

Cinquantenaire

Le parc du cinquantenaire à Bruxelles (Belgique) se construit autour d’un Arc de Triomphe, nommé « Arcades du Cinquantenaire », érigé pour fêter le cinquantenaire de la Révolution de 1830 qui mena a la scission du Royaume Uni Pays-Bas et à la création de la Belgique. Les arcades sont entourées par de nombreux musées (Musée de l’armée, Musée de l’aviation, Musée de l’automobile Autoworld, Musées royaux d’art et d’histoire), et son esplanade sert de point de départ à de nombreuses manifestations culturelles et sportives bruxelloises.

On peut également profiter de la visite du Parc pour admirer des sculptures remarquables (dont des allégories des quatre saisons) ainsi que des arbres exceptionnels par leur taille et leur rareté.