Ceci n’est pas une BD

Bonjour à tous,

Pour une fois, il ne s’agira pas de parler de Marseille, mais de mon week-end. En effet, j’ai participé un événement qui s’appelle « Les 23 heures de la BD ».

Le changement d’heure

En France, et dans un certain nombre de pays, il y a une heure d’été et une heure d’hiver, décalées d’une heure, dans le but de réduire la consommation d’énergie.

Ainsi, deux week-end par an donnent lieu à un changement d’heure, dans la nuit du samedi au dimanche. A chaque fois, la question se pose « alors ce week-end, on ‘avance’ d’une heure ou on ‘recule’ d’une heure ? » et à chaque fois on se pose la question « mais comment ça se change l’heure sur le four ? Et sur l’autoradio ? Ah bah tant pis, ça sera à l’heure dans 6 mois »

23 heures de la BD

Donc ce week-end, on a « avancé » d’une heure, à 2h dimanche matin, il était 3h… Et entre samedi 13h et dimanche 13h, il ne s’est écoulé que 23 heures ! Et que faire d’une journée de 23 heures ? UNE BD

Et c’est ainsi que je me suis retrouvé à participer aux « 23 heures de la BD » autour du thème « les naufragés » et avec pour contrainte de faire un caméo de David Hasselhoff portant un t-shirt « I <3 piak », et que j’ai réalisé « Souvenirs ». C’est une BD qui parle de mémoire, et de regrets et qui démarre sur un chalutier…. Avec un petit peu d’animation dessus.

Il y a malheureusement des dessins que j’ai dû bâcler (23 heures, c’est peu), mais bon, pas de regret… C’était vraiment super

Je vous laisse la découvrir en cliquant sur l’image

souvenirs

N’hésitez pas à regarder, et à me donner votre avis !

 

Ceci n’est pas Timbuktu

Timbuktu_0_0Timbuktu

Une fois n’est pas coutume, je déroge au but principal de mon blog pour parler d’un film, Timbuktu d’Abderrahmane Sissako. Et vu que c’est un film dont RFI a beaucoup parlé, je ne crois pas que Mondoblog m’en tiendra rigueur. Quant à Marseille, je suis persuadé que la ville ne me reprochera pas une courte escapade loin du vieux port.

Je ne vous parlerai pas de l’histoire, ni de l’Histoire. Je ne vous parlerai pas de mon ventre qui s’est parfois noué, de mes yeux qui se sont cachés derrière mes mains, de mes éclats de rire par moments. Je ne vous parlerai que de la beauté du film. Je crois que je n’avais jamais vu de film aussi beau. Chaque plan est exceptionnel, travaillé comme une photographie, comme s’il suffisait de l’image, et de quelques mots pour tout comprendre. L’image était à ce point travaillée que n’importe quelle photo de la pellicule pourrait être reprise et directement exposée.

L’image

Je vous encourage très vivement à aller le voir et pour vous donner peut-être envie, et pour exprimer quelque chose de graphique que j’ai ressenti, je vous montre l’illustration que j’ai dessinée dans la foulée. Une image pour le coup difficile, douloureuse et pourtant belle (mais il faut voir cette scène pour la comprendre vraiment), mais il y a d’autres images superbes, douces, joyeuses.

ceci n'est pas timbuktu

 

Je vous invite à écouter la chanson « Tombouctou Faso » par Fatoumata Diawara

 

[Edit du 19/12/2014]

Polémique

Cependant, le film ne fait pas l’unanimité, et pas plus loin que dans la communauté Mondoblog.

La blogueuse Faty (Fatoumata Harber) Tombouctienne, ne se reconnaît pas dans les extraits de l’œuvre de Sissako qu’elle a pu visionner. Je vous invite à découvrir son article sur le sujet « le Timbuktu de Sissako n’est pas le Tombouctou que j’ai vécu »

Elle développe également son propos dans une interview sur le blog « Reines d’Afrique ». Elle y donne tout de même un bon point au film pour la représentation des femmes de Tombouctou.

Ceci n’est pas Marseille

Bonjour à tous, je vous souhaite la bienvenue sur mon blog.

Ici, on aime Marseille, et on aime la Terre entière. Alors on s’amuse à reconnaître la ville de mon enfance au travers de mes voyages et de ceux de mes proches.

Ici c’est Marseille. Alors on parle Pastis, Chichis, et Cagoles. On a un accent qui chante et des expressions fleuries. On lit Marcel Pagnol en écoutant un vieil album d’Iam. Ici le ciel est bleu comme la couleur l’Olympique de Marseille qu’on supporte, et on a jamais vu un cycliste au Vélodrome.

On se détend et on n’oublie pas de se mettre le chant des cigales pour profiter vraiment.
Bonne visite

J’espère que mon regard saura vous donner envie de découvrir Marseille, ses spécialités, ses spécificités, et même ses défauts.

 

Vous pouvez aussi me retrouver sur mon blog BD « Ceci n’est pas un blog BD »
Ainsi que sur mon blog NSFW (cachez les enfants et évitez vos collègues de bureau, c’est un blog CHAUD) « Ceci n’est pas un échec »

 

Et bonne visite,

 

sylvainj