Image

Ceci n’est pas un chichi fregi

Ceci n'est pas un chichi

Chichi Frégi

A Marseille, le « Chichi Frégi » (chichi frit en provençal) se consomme à l’Estaque ou dans les fêtes foraines. Ce beignet, cousin du churros est à base de farine de pois chiche et d’huile d’olive. Mais ne le confondez pas avec un churro : il est plat.

 

Bokit

En Guadeloupe, le « Bokit » pourrait être son pendant. Ce sandwich à base de beignet frit est apparu au XIXe siècle, pour créer un pain sans levure, produit inabordable pour les plus pauvres à l’époque. Aujourd’hui, on l’achète dans des foodtruck qui sillonnent les plages à l’heure du déjeuner. On l’agrémente de salade, tomate, oignons et de viandes.

Cette fois on peut trouver un compromis : Bokit en plat principal, Chichi Frégi en dessert ?

Bon appétit.

 

Image

Ceci n’est pas du pastis

Ceci n'est pas du pastis

Pastis

A Marseille, le Pastis en terrasse est une tradition. Pour commander cet alcool parfumé à l’anis à la réglisse, on demande un « jaune » au bar. Une des plus célèbre marque de Pastis est le 51. Il tient son nom de sa composition : on ajoute 5 volumes d’eau à 1 volume de pastis pour le boire. Quand on ajoute l’eau au pastis, il se trouble (on dit qu’il « louchit« ), mais ne vous inquiétez pas, ça se boit très bien !

 

Raki

A Istanbul, on boit du Raki. Cette eau de vie transparente, à base de raisin, est également parfumée à l’anis. Le service est fait dans deux verres de forme cylindrique, l’un contenant le raki, l’autre l’eau et la glace. La plupart du temps il est allongé à l’eau, mais les plus courageux n’hésitent pas à le boire pur. Le aslan sütü (ou lait de lion) n’étant pas sucré, il accompagne aussi bien l’apéritif que certains repas.

Et vous, vous êtes plutôt pastis ou raki ?

 

Ceci n’est pas Marseille

Bonjour à tous, je vous souhaite la bienvenue sur mon blog.

Ici, on aime Marseille, et on aime la Terre entière. Alors on s’amuse à reconnaître la ville de mon enfance au travers de mes voyages et de ceux de mes proches.

Ici c’est Marseille. Alors on parle Pastis, Chichis, et Cagoles. On a un accent qui chante et des expressions fleuries. On lit Marcel Pagnol en écoutant un vieil album d’Iam. Ici le ciel est bleu comme la couleur l’Olympique de Marseille qu’on supporte, et on a jamais vu un cycliste au Vélodrome.

On se détend et on n’oublie pas de se mettre le chant des cigales pour profiter vraiment.
Bonne visite

J’espère que mon regard saura vous donner envie de découvrir Marseille, ses spécialités, ses spécificités, et même ses défauts.

 

Vous pouvez aussi me retrouver sur mon blog BD « Ceci n’est pas un blog BD »
Ainsi que sur mon blog NSFW (cachez les enfants et évitez vos collègues de bureau, c’est un blog CHAUD) « Ceci n’est pas un échec »

 

Et bonne visite,

 

sylvainj